La vitesse foudroyante du passé

Publié le par Calamity

Découvert au détour de la rubrique littéraire d'un magazine féminin, la prose de Raymond Carver m'a tout de suite séduite.

En lisant "La vitesse foudroyante du passé", j'ai eu à plusieurs reprises l'impression d'être projetée dans une toile d'Hopper.

La fille dans le hall qui lit un livre à reliure de cuir.
L'homme dans le hall qui balaye.
Le garçon dans le hall qui arrose les plantes.
Le réceptionniste qui inspecte ses ongles.
La femme dans le hall qui écrit une lettre.
Le vieil homme dans le hall qui dort dans son fauteuil.
Le ventilateur dans le hall qui tourne lentement au plafond.
Un autre dimanche après-midi torride.

 

La petite chambre

Il y eut un grand règlement de comptes.
Les mots volaient comme des pierres à travers les fenêtres.
Elle hurlait, elle hurlait, comme l’Ange du Jugement.

Puis le soleil jaillit et un sillage de fumée
stria le ciel matinal.
Dans le silence soudain, la petite chambre
Se retrouva étrangement seule, tandis qu’il lui séchait ses larmes.
Elle devint comme toutes les autres petites chambres sur terre
que la lumière a de la peine à envahir.

Des chambres où les gens hurlent et se blessent.
Puis éprouvent douleur, ou solitude.
Incertitude. Un besoin de consolation.

Critique du livre publiée dans "Le Temps" du 15 juillet 2006.

Je partage très volontiers, mes textes, mes photos et mes idées. Cependant, si vous souhaitez les reprendre, je vous remercie de bien vouloir mettre un lien vers mon blog plutôt que de simplement les recopier. Par avance merci !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article