Ecriture

Publié le par Calamity

Ecrire quoi, comment, pour qui, pourquoi ?

Première constatation, j'écris mieux quand je suis triste ou en colère. Le bonheur ne m'inspire pas grand chose, je le vis, j'en profite et c'est suffisant.

Ce matin, j'ai découvert le blog d'un ami madrilène. Il l'a ouvert il y a deux semaines et a déjà produit de nombreux textes. Très bien écrits, ses textes. Profonds, construits. Il vit une sale période. Hier, il a décidé de tout effacer, s'est ravisé et a bloqué l'accès de son journal virtuel. L'entrée se fait sur invitation. De toutes façons, il est convaincu que personne ne le lit.
Mais on est toujours lu, sur le net. Par des robots, des curieux, des gens venus pour autre chose, des habitués, des amis, des inquisiteurs...
Bref, je sais qu'il écrit depuis longtemps, qu'il continuera a écrire. Cette citation est pour lui : "Escribo para evitar que al miedo de la muerte se agregue el miedo de la vida" - Augusto Roa Bastos.

Deuxième constatation, ce que j'écris n'est pas forcément intéressant. Soit.
Dans ce cas, pourquoi le publier ? Mais si je ne publie pas ou ne donne à lire le texte à personne, à quoi bon l'écrire ? Autant juste le penser.
Mon processus d'écriture est un peu masturbatoire. Il me fait du bien, je me fais du bien. Alors pourquoi ce besoin d'en exhiber l'accessoire ? Le plaisir n'est pas totalement satisfait tant que personne n'a lu.


Publié dans Tranches de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gillesMIONI 11/07/2009 20:54

Charleville, 15 mai 1871...La première étude de la personne qui veut être poète est sa propre connaissance entière;Ell cherche son âme, ielle l'inspecte, elle la tente, l'apprend.Dès qu'elle la sait elle doit la cultiver; cela semble simple : en tout cerveau s'accomplit un développement naturel;tant d'égoïstes se proclament auteurs; il en est bien d'autres qui s'attribuent leur progrès intellectuel !Mais il s'agit de se faire l'âme monstrueuse à l'instar des comprachicos *Imaginez-vous vous implantant et cultivant des verrues sur le visage !Je dis qu'il faut êtrte voyant, se faire voyant.Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens.Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour ne garder que les quintessences.Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, ... et le suprême savant !Car il arrive à l'inconnu !Car il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu'aucun !* Acheteurs d'enfant qui en font des monstres pour mendier. (Victor Hugo, L'homme qui rit)Voyant, cliché au XIX ème siècle :Le poète  sait découvrir par des intuitions secrètes des rapports invisbles à d'autres, et le voyant perçoit des analogies inattendues. (Banville)Ici et maintenant  :Emplissez-vous de ce rève jusqu'à l'écœurement. :Devenez cette autre qui écrit.Épuisez le cliché !Une fois libérée de toute cette ivresse : Je est un autre !Travaillez. Je veux dire écrire, pour vous, doit devenir un travail plaisant. Un travail où rien n'est gagné d'avance, on peut manquer son ouvrage.Recommencez.Car le talent est terriblement insuffisant. Nécessaire mais insuffisant.Sans talent pas de travail. Sans travail pas de texte. Sans texte pas d'œuvre.Devenez heureuse en écrivant.Je suis obligé de vous le dire, il ne sert de rien de reprendre un topos commun.Pour créer, il vous faut trouver votre propre topos.On peut entendre topos comme un lieu dans la psyché, une sorte de posture dans ce lieu vous permet d'écrire sans recourir aux ivresses.Le topos n'est pas un état d'esprit, ni une forme provisoire d'une conscience altérée, mais une simple façon d'être.

momo 16/05/2009 13:19

Quelle plume ! Bravo !

Calamity 19/05/2009 11:58


Merci !


jca 07/05/2009 18:12

JCA 06/05/2009 16:00

Hello Calamity. Je ne suis pas très blog, mais bravo pour le contenu et la forme (la qualité se fait rare). Je ne sais pas à quoi je carbure, mais je ne suis pas le seul à carburer...Auteur de textes et autres incongruités sur www.facile.ch

Calamity 07/05/2009 10:59


Merci JCA ! Un compliment de ta part ne peut que me flatter ! J'aime beaucoup ton humour et ta dérision.
J'aimerais être aussi prolixe sur mon blog que tu ne l'es sur le tien...
A bientôt !


Blaise Emmanuel 01/05/2009 11:25

J'aime bien ces réflexions sur l'écriture. Notamment la tienne : on n'écrit pas quand on est heureux!

Calamity 04/05/2009 17:07


Merci pour ta visite Blaise !